Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 décembre 2012 2 18 /12 /décembre /2012 16:58

13-desserts.jpgIl est une coutume à Noël dans certaines familles chrétiennes, en particulier catholiques, de proposer treize desserts le soir du réveillon de Noël, c'est-à-dire le 24 décembre. C’est une coutume initialement religieuse mais qui tend à perdre ses origines pour devenir une coutume gourmande et familiale.

C’est au XVIIème siècle et en Provence que remonte la tradition de servir plusieurs desserts le soir du réveillon de Noël mais c’est aux alentours de 1820 que le chiffre 13 a été défini. Auparavant, on pouvait trouver jusqu’à une cinquantaine de desserts, selon les maisons. Le chiffre de « 13 » est destiné à rappeler le dernier repas de Jésus-Christ, la Cène, avec ses douze apôtres. La tradition des "treize" desserts remonte donc au début du XIXème siècle, originaire de Provence, peut-être de Marseille, et du Languedoc. Les treize desserts sont constitués de desserts communs à toutes les régions et à d’autres variant selon les coutumes et les produits locaux. Pour les puristes, les treize desserts peuvent être servis sur trois tables nappées de tissu blanc pour rappeler la Trinité (Le Père, le Fils et le Saint Esprit). Les treize desserts sont proposés à tous les convives qui se doivent de tous les goûter. Les treize desserts sont servis le 24 décembre, après le repas (et après la messe pour ceux qui y assistent) et avant minuit. Ils sont présentés aux convives pendant au moins DSCF1900trois jours, accompagnés de vin cuit.

Les treize desserts sont les suivants : les quatre mendiants : des fruits secs qui représentent les ordres religieux mendiants, les noisettes ou noix pour l’ordre des Augustins, les amandes pour l’ordre des Carmélites, les figues sèches pour l’ordre des Franciscains et les raisins secs pour l’ordre des Dominicains ; des dattes en souvenir de Jésus et des Rois Mages ; des nougats noirs et blancs  représentant les pénitents ; des calissons éventuellement ; des fruits (pommes, raisins, oranges, mandarines, poires, etc.) ; des fruits confits ; des bugnes ou des oreillettes ou pâtisseries maison ; des chocolats et papillotes,  ... En Provence, on sert également du pain à l’huile appelé « pompe à huile » ou fougasse.

Je sais qu’à Noël, ma mère prépare les treize desserts et je m’en réjouis d’avance car cette année nous nous rendons chez elle pour nous régaler !

Marie-Laure Tena – 18 décembre 2012

 

Sources : Site de la Ville d’Aix en Provence – ateliersdeschefs.net – familleaunaturel.com – Webprovence.com