Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 septembre 2015 2 15 /09 /septembre /2015 16:24

Le livre

わが福島 - My Fukushima – Mon Fukushima, 236 pages, est paru au Japon en janvier 2014 à compte d’auteur. Depuis quelques mois, le livre est disponible sur Amazon.fr et .com (format Kindle compris). Il s’agit d’un ouvrage trilingue : japonais, anglais, français, sur l’avant et l’après Fukushima*. Deux traducteurs ont participé à l’ouvrage, dont Anne Berthier, auteure de haïkus, s’appuyant sur la version anglaise pour rédiger la version française. L’auteur, Taro Aizu, présente « わが福島 - My Fukushima – Mon Fukushima » comme une fiction et non comme un témoignage. Selon les passages, différents styles sont utilisés : la prose ou la poésie (gogyoshis, gogyoshibun, haïkus, haïbuns). Le livre se divise en trois langues et chacune en trois parties.

L’auteur

Né en 1954, Taro Aizu est natif de la région de Fukushima et y a vécu jusqu’à ses 18 ans. Il a étudié le français à l’université. Taro Aizu est un écrivain et poète japonais reconnu et primé. Il a inventé une nouvelle forme de poésie : le gogyoshi, poème libre de cinq lignes. Taro Aizu est retourné dans la région de Fukushima après le tremblement de terre et le tsunami à l’occasion d’une réunion familiale. Il redécouvre la beauté de sa région mais aussi les dégâts visibles et invisibles de la catastrophe nucléaire.

Le contenu

Le narrateur évoque par des poèmes des souvenirs de son Fukushima « d’avant », saison par saison. Le gogyoshi lui permet de souligner la fragilité d’une fleur, le verdoiement des rizières, les rires d’une fête près d’un sanctuaire. Il évoque le Takizakura, l’arbre sacré, le cerisier de 1 000 ans, symbole de la continuité de la vie.

Puis, le narrateur revient dans la région après une longue absence. C’est Fukushima « d’après ». Dans une première partie « Ma ville natale, Fukushima », il allie prose et gogyoshi (gogyoshibun) pour expliquer les anciennes habitudes, pour décrire ce qui se passe pendant son séjour. La prose décrit, le poème interpelle, s’exclame. Le  héros est interloqué par la présence de dosimètres autour des cous des enfants. Les mentalités ont changé : la prudence, l’inquiétude pour l’avenir et pour la santé des enfants dominent ; le désarroi des agriculteurs et des éleveurs qui ont tout perdu et qui ont peur que leurs productions soient contaminées est douloureux à entendre. Terrible, ce gogyoshi sur le chat qui lèche son pelage humide de césium… Réconfortant, ce passage en prose sur l’entraide venue du monde entier. Une seconde partie évoque les quatre saisons à Fukushima sous forme de haïbuns, c’est-à-dire un enchaînement de prose et de haïkus. Le narrateur rend enfin visite au Takizakura, lui présentant ses excuses de ne pas être venu l’année d’avant. Page par page, la prose décrit le séjour du narrateur, ses impressions en visitant les villages et lieux sinistrés ; le poème se veut plus optimiste. La troisième partie « Les résidents de Fukushima » se présente sous la forme de sangyoshibun, autrement dit de poèmes de trois lignes associés à de la prose. C’est l’occasion de donner la parole aux résidents qui expliquent leurs rêves ou leurs inquiétudes et de relever les mots d’enfants insouciants. A la fin de l’ouvrage, on trouve sept prières pour Fukushima, un hommage au cerisier millénaire Takizakura en 35 langues et un chapitre consacré à l’espoir pour ceux de Fukushima et de Tchernobyl.

 

Mon avis

Le livre « わが福島 - My Fukushima – Mon Fukushima » est une « fiction » prosaïque et poétique. Les différentes petites histoires font penser à un reportage écrit sur l’après-Fukushima, annoté de poésies délicates et sensorielles. L’auteur combine prose et poésie, comme il associe le désastre de la centrale nucléaire avec un environnement millénaire dont le cerisier Takizakura est le symbole traditionnel rassurant. L’écriture est précise, sobre et intimiste. J’ai tout de suite été touchée par l’élégance des textes et j’ai eu un réel plaisir à lire ce recueil de textes alternant prose, gogyoshis et haïkus. L’esthétique y trouve son compte. Les descriptions des paysages et les échanges avec les habitants ont la distance des contes. L’ensemble permet, dans un premier temps, de découvrir ces récits avec curiosité et délectation. Dans un second temps, l’ouvrage incite à la réflexion sur les questions qu’il évoque, comme le nucléaire, la résistance de la nature, l’avenir des êtres humains.

« わが福島 - My Fukushima – Mon Fukushima » n’est pas un ouvrage alarmiste ou éploré mais c’est un aperçu littéraire et humain de Fukushima-d’après. C’est aussi un cri, une prière, le vœu de l’auteur que cela ne se reproduise plus. Taro Aizu donne à lire et à voir, tant ses textes sont visuels, une nature et une humanité accablées mais prêtes à rebondir et à revivre.

Marie-Laure Tena – 15 septembre 2015

 

* Fukushima : en mars 2011, le Japon est confronté à un tremblement de terre, et à un tsunami dévastateur, qui fait vaciller la centrale nucléaire de Fukushima. La radioactivité se déploie sur la côte et dans la campagne, obligeant la population à quitter ses foyers. A partir de janvier 2013, les autorités japonaises donnent peu à peu l’autorisation aux habitants de Fukushima et de sa région de retourner chez eux. Le taux de césium dans la nature reste élevé. Des anomalies ont été constatées chez les animaux, la végétation. Les cancers thyroïdiens ont augmenté chez les enfants, malgré les précautions prises.

 

PS : pour en savoir plus sur la poésie japonaise et sur cet ouvrage, je vous invite à retrouver Anne Berthier sur son blog "Le calame libre" .

Partager cet article

commentaires

Anne Berthier 14/10/2015 15:19

Marie-laure Tena nous offre une très belle note de lecture de "わが福島 - My Fukushima – Mon Fukushima", son point de vue est intéressant et complète à merveille la chronique mise en ligne sur lecalamelibre.blogspot.fr.
Je la remercie d'avoir mis en exergue une poésie traitant d'un sujet aussi grave qui nous concerne tous et que certains ont malheureusement oublié.

Marie-Laure Tena 15/10/2015 09:43

Bonjour Anne,
Merci pour ce commentaire élogieux. J'invite les lecteurs à découvrir le calamelibre.blogspot.fr, sur la littérature et la poésie asiatique, en particulier japonaise.