Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 septembre 2015 1 07 /09 /septembre /2015 15:35

Il faut parfois faire le singe pour trouver le magot….

Dans la langue courante et familière, le magot désigne une grosse somme d’argent cachée. « Où est le magot ? » a-t-on pu lire, par exemple, dans l’affaire Tapie. Dans un registre plus léger, il y a « Le magot des Dalton ». Le magot fait rêver, on espère le trouver avant d’autres, avant même celui ou celle qui l’a caché. Au bout d'un certain temps, le magot devient trésor. Ici, le mot "magot" serait issu des mots « macault, magault » pour nommer des sacs ou des besaces, ou bien d’un mot obscur « mugot » pour signifier « argent caché ».

Oui mais… le magot peut faire peur si, dans un autre sens, il désigne un être laid ou sot. Cela dit, cette expression a peu à peu disparu de la langue courante. Le magot désignait aussi des figurines en porcelaine représentant des mandarins dodus, à l'air ravi.

Enfin,  le magot peut en cacher un autre. Il s’agit alors d’un singe vivant en Afrique du Nord, en particulier au Maroc et sur le rocher de Gibraltar. On dit d’ailleurs que la disparition totale des magots du rocher de Gibraltar provoquerait le départ des Britanniques (à l'instar de la présence des corbeaux à la Tour de Londres qui garantirait la sécurité du pays). C’est pourquoi certains, dans le passé, n’ont pas hésité à en importer pour garantir le maintien des forces britanniques sur le rocher. Les magots de Gibraltar sont réputés depuis le VIIIème siècle de notre ère. Le magot est de la famille des macaques et serait en voie de disparition. L’origine du mot « magot » est incertaine mais pourrait être liée à « mago » désignant un homme laid ou bien à l’hébreu biblique « magog » pour caractériser des envahisseurs, des personnages horribles venus d’autres contrées.

Marie-Laure Tena – 7 septembre 2015

Source : futura-sciences.com – SOS-magots.fr - Capital.fr

Partager cet article

Published by Marie-Laure Tena - dans magot magot argent magot singe MLTE
commenter cet article

commentaires