Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 septembre 2015 3 02 /09 /septembre /2015 17:24

El Niño et La Niña sont des phénomènes climatiques locaux qui se sont transformés au fil des décennies en anomalies climatiques aux impacts mondiaux :

El Niño 

Les premiers rapports faisant état d’un courant chaud hivernal près de l’Amérique du Sud auraient été rédigés au XVIème siècle, bien qu’officiellement le phénomène ait été scientifiquement étudié et défini dans les années 1920. Les pêcheurs locaux l’appellent El Niño car il apparait en général vers Noël, « El Niño » c’est l’Enfant (Jésus), et disparait d’habitude trois à six mois plus tard.

Dans une situation normale, les eaux froides de l’Antarctique (courant de Humboldt) remontent vers l’Amérique du Sud, favorisent l’essor des bancs de poissons et donc l’activité de la pêche, permettent à certains animaux de préserver leurs conditions de vie (alimentation abondante) et de reproduction. Les alizés soufflent d’est en ouest. Le climat suit les saisons. A l’ouest, les côtes de l’Océanie et de l’Asie sont baignées par des eaux chaudes apportant avec elles chaleur et humidité, dont la mousson.

Tous les cinq ou sept ans, fin décembre ou début janvier, il arrive qu’un courant océanique chaud, El Niño, plus ou moins important selon les années, fasse son apparition le long du Pacifique équatorial, accompagné d’une hausse de température de la surface de l’océan (+1°C), d’humidité favorable à l’agriculture, mais pouvant aller jusqu’à de fortes pluies sur l’Amérique du Sud et des ouragans sur la Polynésie. Les courants océaniques autour de l’Equateur restent chauds, tandis que les eaux de l’Asie et de l’Océanie voire du bas de la côte ouest de l’Amérique du Nord, sont longées par des courants froids causant la sécheresse sur les terres Un des premières critères de détection est l’inversion des alizés (vents tropicaux soufflant d’est en ouest, depuis la surface de l’eau jusqu’à une hauteur de 1 500/2 000m).

Dans le cas de phénomène « El Niño » extrême, le niveau de la mer dans certaines régions du globe peut augmenter de 10cm à 25cm comme ce fut le cas en 1982/1983, en Australie et en Indonésie. 2015 est une année où El Niño aurait un fort impact sur le climat mondial, expliquant les fortes chaleurs de l’été et peut-être des températures plus élevées que la moyenne pour l’automne. Selon l’OMM, l’Organisation Météorologique Mondiale, en 2015 El Niño ferait augmenter la température de l’eau en surface de 2°C. Il s’agit là d’un des rares épisodes extrêmes depuis 1950. Cela dit, l’Océan indien est également plus chaud que la moyenne cette année et renforce l’impact d’El Niño. Celui-ci est d’une telle ampleur que le Pérou, particulièrement concerné, a débloqué plus de 60M$ pour faire face aux dommages et a annulé sa participation au Dakar2016 qui doit débuter en janvier 2016.

La Niña

La Niña est plus ou moins l’opposé d’El Niño, même si le phénomène n’est pas encore totalement cerné. La Niña ou « la petite fille» correspond à une amplification de la situation normale : forts alizés, baisse des températures des différentes couches de l’océan. La Niña apparaît, la plupart du temps, tous les quatre cinq ans et dure un ou deux ans. Il arrive que la Niña suive une phase d’El Niño. Cependant, la Niña peut entraîner l’accroissement des tempêtes et ouragans dans le Pacifique et peut aller jusqu’à avoir des impacts sur le climat de l’Océan atlantique.

J’espère vous avoir donné quelques éléments précis et accessibles sur les phénomènes que sont El Niño et La Niña.

Marie-Laure Tena – 2 septembre 2015

Sources : meteofrance.fr – futura-sciences.com – tahiti-infos.com – LeMonde.fr – Linternaute.com - metoffice.gov.uk - shrimpnews.com

Partager cet article

commentaires